MONDIAL FÉMININ 2019 : LES AMÉRICAINES IMPLACABLES DÉCROCHENT UN 4E SACRE

Grandes favorites à leur propre succession, les Américaines ont rempli leur mission en dominant les Pays-Bas en finale de la Coupe du monde (2-0), dimanche à Lyon.

«Le football est un jeu simple. Vingt-deux femmes courent après un ballon et à la fin, ce sont les Américaines qui gagnent.» Le Britannique Gary Lineker n’a jamais dit cela, mais il aurait pu. Sauf qu’à son époque, le football se conjuguait exclusivement au masculin. Une autre époque. Aujourd’hui, les femmes ont pris leur envol et donner une dimension plus universelle à ce sport jugé trop longtemps comme réservé aux hommes. Ce qui n’a jamais été le cas aux Etats-Unis, précurseurs en la matière, où le fameux «soccer» est considéré comme une discipline majeure, notamment dans les universités. Du coup, c’est sans surprise que «Team USA» a décroché dimanche, à Lyon, sa quatrième couronne mondiale en dominant en finale les Pays-Bas, championnes d’Europe impuissantes (2-0)

Les Néerlandaises résistent une mi-temps

Une finale qui allait mettre une bonne demi-heure à se décanter, tel un bon vin des bords du Rhône. Tout partait d’une première belle reprise de volée de Julie Ertz, qui contraignait Sari Van Veenendaal à un bel arrêt (28e). La gardienne néerlandaise, déjà brillante en demi-finales face à la Suède, débutait alors son festival, avec un autre arrêt sur une tête adverse, avant de détourner du pied un ballon dévié par Alex Morgan sur son poteau (37e). Pour finir par une magnifique horizontale sur une nouvelle tentative de Morgan, qui se rappelait aux bons souvenirs du public lyonnais, elle qui avait évolué sous le maillot de l’OL durant quelques mois début 2017.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *